Le libéralisme pour  
les débutants







par Daniel Tourre
dernière mise à jour : 05 mai 2012.


En plus : un document spécial "crise financière"

**

Et pour aller plus loin, mon livre aux éditions Tulys
"Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants"



En vente sur le site des éditions Tulys ou amazon.fr

**

Des commentaires, des critiques, des questions :
ziberal@gmail.com

Pour devenir mon Kamarade politique sur Facebook :
Daniel Ziberal


Pour devenir mon Kamarade politique sur Twitter :
Twitter Daniel Tourre



Tous droits réservés - Daniel Tourre - 2012
Magritte - La condition Humaine

Ce site soutient le Collectif Antigone


v    Les principes - page 1 

Libéralisme, le mal aimé

Être libéral en France en 2011, c’est un peu comme être un astro-zombie mutant. C’est mal vu dans les soirées entre amis ou dans les dîners entre gens biens.

C’est assez injuste.

Les astro-zombies mutants ne sont pas à l’origine de la Déclaration des Droits de l’Homme.

Les astro-zombies mutants n’ont pas contribué aux théories économiques qui ont permis un recul de la misère sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

Le libéralisme oui.

La domination culturelle et médiatique de la gauche socialiste depuis les années soixante a en effet petit à petit institué des tabous politiques que l’on se doit de respecter dans beaucoup de milieux intelligents, humanistes et un chouia conformistes.

 

"Mon ami, je crois que tout peut s'arranger
Sans cris sans effroi même sans insulter les bourgeois.
L'avenir dépend des révolutionnaires
Mais se moque bien des petits révoltés."
Jacques Brel -  La bastille

v    Les principes  - page 2

Être Libéral en France, une école du stoïcisme


Le libéral français se contente alors en général d’un silence désabusé lorsque le néo-socialiste illustre sa supériorité morale par des propos sans concession contre la souffrance et le monde l’argent.

Puis il rêvasse poliment  lorsque le conservateur lutte courageusement contre le politiquement correct à grand coup de poncifs d’avant guerre.

Ami socialiste, Ami conservateur, tu es peut être libéral sans le savoir.

Ce texte est fait pour toi. Il te permettra de mieux connaître cette famille de philosophie politique née au siècle des Lumières.

Ami socialiste, Ami conservateur, tu es peut être anti libéral pour de mauvaises raisons.

Ce texte est fait pour toi, il te permettra de t’opposer plus efficacement à cette hydre malfaisante qui conduit le monde à sa perte.


« J’ai défendu quarante ans le même principe : liberté en tout, en religion, en littérature, en philosophie, en industrie, en politique, et par liberté j’entends le triomphe de l’individualité tant sur l’autorité qui voudrait gouverner par le despotisme que sur les masses qui réclament le droit d’asservir la minorité à la majorité.

Le despotisme n'a aucun droit. La majorité a celui de contraindre la minorité à respecter l'ordre : mais tout ce qui ne trouble pas l'odre, tout ce qui n'est qu'interieur, comme l'opinion; tout ce qui, dans la manifestation de l'opinion ne nuit pas à autrui, soit en provoquant des violences matérielles soit en s'opposant à une manifestation contraire; tout ce qui, en fait d'industrie, laisse l'industrie rivale s'exercer librement, est individuel, et ne saurait être légitimement soumis au pouvoir social.» 
Benjamin Constant 1767 - 1830


v   Les principes  - page 3


La propriété de soi



Le libéralisme c’est une philosophie politique née au siècle des lumières et affirmant la propriété de soi.

C'est-à-dire  le droit à la vie et à la sûreté, le droit à la liberté, le droit à la propriété.

Droit à la vie et à la sécurité.

Vous êtes l’unique ‘propriétaire’ de votre vie.

Personne n’a le droit de vous tuer, même si vous êtes très pénible.

Personne ne peut vous interdire de vous tuer doucement (alcool, joint, charcuterie) ou rapidement (suicide, euthanasie, scooter) même si vous êtes très sympathique.

Le corollaire de ce droit pour un gentilhomme est le devoir de respecter la vie et la sécurité des autres personnes.


« Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression. »
Article 2 Déclaration des Droits de l’Homme de 1789

"Les déclarations des droits de l'homme en leurs lignes générales (sont) la charte même du libéralisme (...). Le libéralisme intelligent consiste donc, non pas à affaiblir le pouvoir autant qu'on le peut et sur tous les points -cela aussi est stupide- mais à tracer fermement la limite en deçà de laquelle le pouvoir central doit être très puissant, au-delà de la quelle il doit n'être rien du tout."
Emile Faguet - Libéralisme en 1903  (cité par Alain Laurent) Libéralisme.



Le requin n’est pas un libéral convaincu.
Il ne reconnaît pas l’existence d’un droit à la vie et à la sécurité aux petits poissons.


v   Les principes - page 4
Droit à la liberté


Vous êtes l’unique ‘propriétaire’ de votre vie. Donc du temps que vous passez dans ce monde. Personne ne peut disposer de votre temps sans votre consentement, cela s’appelle de l’esclavage.

Personne ne peut limiter arbitrairement les usages potentiels que vous faites de ce temps, cela s’appelle la coercition.

Vous avez donc un droit à la liberté. Il ne s’agit pas de la liberté métaphysique (liberté par rapport à Dieu ou par rapport à la nature humaine), ni d’un droit d’être ou d’avoir ce que l’on rêve d'être ou d’avoir (liberté d’être célèbre lorsqu’on a envie d’être célèbre, liberté d’avoir des vacances à la plage au moment où on a envie de vacances à la plage etc...).

Il s’agit de la seule liberté qui puisse être garantie par une loi humaine sans nuire à la liberté des autres : la liberté d’agir ou de penser sans limites autres que la jouissance des même libertés par les autres personnes.

Le corollaire de ce droit pour un gentilhomme est le devoir de respecter la liberté des autres personnes.

« La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi. »
Article 4 de la déclaration des Droits de l’Homme de 1789

"Dans l'ordre moral, le libéralisme est la liberté de penser, reconnue et exercée. C'est le libéralisme primordial, comme la liberté de penser est elle-même la première et la plus noble des libertés. L'homme ne serait être libre à aucun degré, dans aucune sphère d'action, s'il n'était un être pensant et doué de conscience.

La liberté des cultes, la liberté d'enseignement et la liberté de presse sont celles qui dérivent le plus directement de la liberté de penser.

Dans l'ordre économique, le libéralisme est la reconnaissance de la liberté de travail, et toutes  les libertés qui s'y rattachent, y compris le droit de propriété, extension légitime de la personnalité humaine.

Dans l'ordre politique, le libéralisme est avant tout, la recherche des garanties de la liberté. Il n'admet pas que les hommes, en s'associant et en créant la société politique, soient tenus de sacrifier une portion quelconque de leur individu. "
Emile Faguet - Libéralisme en 1903  (cité par Alain Laurent) Libéralisme.

La liberté est belle.. En 1830,  elle est surtout occupée à prendre des barricades contre des conservateurs de tous poils (nostalgiques de l’Ancien Régime, nouveaux grands bourgeois mélangeant intérêt privé et intêret public)

Plus tard les socialistes lui expliqueront qu’elle n’est que formelle et qu’ils lui en préfèrent une autre, la liberté réelle. Cette rivale produisant surtout des goulags, ils reviendront vers elle 150 ans plus tard sans même s’excuser, les rustres !

Mais elle, elle s’en moque, elle sait qu’elle a des vrais amoureux,  fidèles,  attentionnés et obstinés dans sa défense : les libéraux.


v   Les principes - page 5


Droit à la propriété

Vous êtes l’unique ‘propriétaire’ de votre vie. Dans ce monde matériel, l’usage libre de votre temps implique que vous puissiez  échanger ou  produire des biens matériels.

Si quelqu’un vous prend ces biens matériels sans votre consentement, cela signifie qu’il a disposé du temps que vous avez mis à les produire ou à les échanger. Et ça, c’est contraire à votre droit à la liberté.

Le droit à la propriété est donc une conséquence du droit à la liberté.

Le corollaire de ce droit pour un gentilhomme (ou une gentillefemme) est le devoir de respecter la propriété  des autres personnes.


« Le droit à la propriété est antérieur à la loi. Ce n’est pas la loi qui a donné lieu à la propriété mais au contraire, la propriété qui a donné lieu à la loi. Cette observation est importante, car il est assez commun, surtout parmi les juristes, de faire reposer la propriété sur la loi, d’où la dangereuse conséquence que le législateur peut tout bouleverser en conscience »
Frédéric Bastiat Le libre échange

"En d'autres termes, l'homme est libre s'il peut posséder les choses; l'esclave, n'étant même pas propriétaire de sa personne, ne pouvait rien posséder. Cependant le bonheur de la propriété n'est pas la possession des biens, mais la liberté qu'elle donne."
Alain
l

Arsène Lupin n’est pas un gentleman libéral.
Il ne respecte pas la propriété d’autrui.

Il a tort, on peut très bien vivre des aventures trépidantes, séduire avec nonchalance de belles femmes mystérieuses tout en respectant les droits naturels des autres.



v   Les principes - page 6
Libéralisme de droite ou de gauche ?



Plutôt que la césure droite-gauche, on peut classer les philosophies politiques en trois grandes familles : Le socialisme (socialisme, communisme, sociale démocratie), le conservatisme (nationalisme, gaullisme, royalisme) et le libéralisme (classique, contemporain).Ces trois forces ne sont naturellement pas présentes, notamment en France à l’état ‘pur’, ni représentées par un seul parti politique, elles se retrouvent dans des proportions diverses dans chaque parti.

Chaque parti politique a une proportion plus ou moins grande de socialisme, conservatisme ou libéralisme dans son idéologie, dans son programme, dans ses postures.

La droite adhère parfois au libéralisme dans le domaine économique, tandis que la gauche adhère en général au libéralisme dans le domaine des mœurs.

Pour un libéral, il n’y a qu’un seul libéralisme, la liberté ne pouvant se saucissonner en bonnes ou en mauvaises libertés, au gré des préjugés ou de l’éthique du parti accédant au pouvoir.

Les socialistes, les conservateurs et les libéraux sont tous d'accord sur un point : ils ne veulent pas d'une société chaotique ou atomisée.

Ils considèrent tous qu'un ordre doit sous tendre la société, mais ils ne sont pas d'accord sur l'origine de cet ordre, ni donc sur la manière d'organiser le pouvoir politique pour qu'il favorise cet ordre.

Les conservateurs considèrent que l'ordre qui doit sous tenir la société est un ordre naturel.
Les socialistes croient en l'efficacité d'un ordre construit gràce à la raison.
Les libéraux  considèrent que l'ordre s'auto-organise pour peu que des droits et devoirs des personnes soient clairement définis.



v                                                                                                                                          Les principes - page 7
Les socialistes


Pour les socialistes, la société s’organise par la raison.

Le rôle de l’Etat (contrôlé démocratiquement ou par une minorité lucide pour la gauche révolutionnaire) est donc d’analyser scientifiquement la société et puis de la construire (en la détruisant préalablement pour la gauche révolutionnaire) afin de garantir une égalité de fait.

Les droits de la personne peuvent donc être limités par des objectifs définis par la raison ‘collective’.

Aujourd’hui naturellement, le recours à une révolution violente pour construire une société ‘parfaite’ n’est plus d’actualité. Par contre, construire par décrets et réglements une société idéale en s'appuyant sur un Etat qui commande et controle les actions de millions de citoyens infantilisés se lit en filigrane des programmes de plusieurs partis politiques.

Pour les libéraux, ces objectifs peuvent être louables,  le moyen pour y parvenir (la force de l’Etat contre les droits de la personne) est immoral et inefficace voire nuisible compte tenu de la complexité de cette société.


« Tout me dit que l'examen des grandes questions politiques sera le but des travaux de notre temps. La philosophie du siècle dernier a été révolutionnaire ; celle du XIXe siècle doit être organisatrice […]. L'âge d'or du genre humain n'est point derrière nous, il est au-devant, il est dans la perfection de l'ordre social ; nos pères ne l'ont point vu, nos enfants y arriveront un jour ; c'est à nous de leur en frayer la route. »
Saint Simon (1760-1825)  Précurseur du socialisme

De la République de Platon à Utopia,  les constructions de sociétés idéales ont un point commun :  une sévère limitation de la liberté individuelle. Forcément :  pour  que la photo soit parfaite, il faut que personne ne bouge sans autorisation.


v   Les principes - page 8

Les conservateurs

Pour les conservateurs, la société s’organise en suivant un ordre naturel.

Cet ordre naturel est inégalitaire (les personnes sont inégales naturellement), corporatiste (la société est vue comme un organisme ou chaque individu a sa place et ne doit pas en bouger : une cellule de l’estomac n’a rien à faire dans le cerveau) et tribal (les personnes ont naturellement besoin de s’intégrer dans un groupe, une nation).

Le respect de cet ordre naturel (parfois même divin) est dans l’intérêt de tous y compris des plus faibles qui n’ont ainsi pas à se mesurer aux plus forts. Le rôle de l’Etat est donc de maintenir et de défendre cet ordre naturel. Les Droits de la personne peuvent donc être limités par ces objectifs ‘naturels’.


Pour les libéraux, imposer à une personne une place fixe au nom d’un ordre naturel est une violation des Droits de cette personne.

D’autre part, il parait surprenant qu’on ait besoin de la force de l’Etat pour faire respecter un ordre naturel. Si cet ordre naturel existe, il doit se mettre en place ‘naturellement’ sans avoir recours à la force de l’Etat. Si cet ordre n’existe pas, le recours à la violence de l’Etat pour maintenir cet ordre n’est qu’une manière pour certaines classes de vivre aux dépends des autres.


« Jeanne d’Arc  ne croyait pas à la naissance spontanée de l'ordre. Elle pensait ce que devait nous enseigner notre maître La Tour du Pin : pour imposer un ordre, il faut une autorité et, en France, ce ne peut être que le sceptre, le glaive, la main de justice du Roi. [..]
C'était en se pliant à l'ordre naturel du royaume de France quelle estimait remplir les volontés surnaturelles que ses voix faisaient descendre du ciel. »

Bulletin d’Action Française (Journal d’extrême droite)

Se sentir bien au chaud, à la place que la tradition vous a fixée, solidaires derrière un roi donné par Dieu, avec des petites plages pour se défouler ensemble en tapant sur les voisins, c’est une solution miracle contre toutes les angoisses engendrées par la liberté. 

Et c’est tout de même plus classe que les antidépresseurs.


v    Les principes - page 9
Les libéraux


Pour les libéraux la société s'organise spontanément à condition que les droits naturels de chaque personne (sûreté, liberté, propriété) soient garantis par un Etat impartial, ayant l'exclusivité de la violence.
 
Les libéraux partent donc des Droits de la personne pour constater l’ordre qui se forme, s’adapte, se transforme sous l'action combinée de millions d'individus réagissant sans concertation à leur environnement et poursuivant des buts qui leur sont propres.

Les libéraux considèrent que les interactions de personnes libres respectant les droits des autres personnes sont nécessaires et suffisantes pour obtenir une société harmonieuse, ou plus exactement dans le monde imparfait qui est le notre, la société la moins inharmonieuse possible.

Pour les libéraux, les Droits de la personne ne s'effacent jamais. Même devant des théories compliquées -conservatrices ou socialistes- qui regroupent artificiellement les personnes en petits tas selon des critères arbitraires (la classe sociale, la race, la religion), puis donnent des droits spécifiques à ces petits tas au détriment des Droits de la personne.


«Les hommes ont des droits [..] et ces droits sont indépendants de l'autorité sociale, qui ne peut leur porter atteinte sans se rendre coupable d'usurpation."
Benjamin Constant

" Les princes me donnent beaucoup s’ils ne m’ôtent rien, et me font assez de bien quand ils ne me font point de mal ; c’est tout ce que j’en demande  »

Montaigne

"..l’ordre social dans son ensemble, et même tout ce que nous appelons culture, est le résultat de recherches individuelles qui n’avaient pas ces fins en vue, mais qui étaient guidées vers elles par des institutions, des pratiques et des règles qui, elles non plus, n’avaient jamais été délibérément inventées, mais qui s’étaient développées à mesure que ce qui s’avérait utile se trouvait conservé."
Friedrich von Hayek.

"Libéralisme : Système soucieux du respect des sujets de droit et de la liberté d'initiative des individus."
Michel Foucault - Naissance de la biopolitique

"La liberté en tant qu'homme, j'en exprime le principe pour la constitution d'une communauté dans la formule : personne ne peut me contraindre à être heureux d'une certaine manière (celle dont il conçoit le bien-être des autres hommes), mais il est permis à chacun de chercher le bonheur dans la voie qui lui semble, à lui, être la bonne, pourvu qu'il ne nuise pas à la liberté qui peut coexister avec la liberté de chacun selon une loi universelle possible (autrement dit, à ce droit d'autrui).
 Un gouvernement qui serait fondé sur le principe de la bienveillance envers le peuple, tel celui du père envers ses enfants, c'est-à-dire un gouvernement paternel, où par conséquent les sujets, tels des enfants mineurs incapables de décider de ce qui leur est vraiment utile ou nuisible, sont obligés de se comporter de manière uniquement passive, afin d'attendre uniquement du jugement du chef de l'Etat la façon dont ils doivent être heureux, et uniquement de sa bonté qu'il le veuille également, - un tel gouvernement, dis-je, est le plus grand despotisme que l'on puisse concevoir."
Emmanuel Kant.
Le purgatoire - Jérome Bosch

Il n'y a pas de paradis sur Terre parce que les personnes sont libres de faire le bien, le mal ou ni l'un ni l'autre.

Le libéralisme permet à chacun de chercher le bonheur ou pas, la vertu ou pas, seul ou en s'associant librement.

Ce purgatoire libéral sans objectif collectif peut être angoissant lorsqu'on le compare aux constructions parfaites que proposent les alter-purgatoires.

Mais on ne peut pas construire de société meilleure que les personnes qui la composent.

Et surtout, on ne peut pas construire de société sans limiter sévérement la liberté des personnes qui composent cette société.

Le purgatoire libéral permet aux gentilles personnes de librement faire ce qu'elles considèrent comme juste ou bon.

Ce qui permet éventuellement l'éclosion de sociétés meilleures.

Ce qui ne risque pas de se produire dans les enfers pavés de bonnes intentions des constructivistes.



v   Les principes - page 10
L’ordre spontané dans la nature



On trouve de nombreux exemples d’ordre auto organisé dans la nature.

Par exemple, lorsqu’un banc de sardines s’éparpille à l’approche d’un danger, vu de l’extérieur, on observe des motifs presque géométriques.

En quelques secondes chaque sardine s’éloigne le plus possible des sardines nageant à proximité d’elle pour se regrouper ensuite. A quelques mètres de distance, cela donne un motif organisé et changeant à grande vitesse.

Il s’agit d’un ordre spontané parce qu’aucune sardine n’a conscience ni n’agit avec pour objectif de former ce motif organisé.

Il s’agit d’un ordre spontané parce qu'aucune commission du plan Sardine, ni aucun dictateur Sardine Maximo n’a pensé ce motif vu de haut et l’a imposé.

Si la commission du plan Sardine avait du dicter en temps réel, à chaque milliseconde, la direction de chaque sardine du banc, cela aurait demandé un travail et une collection d’informations considérable pour obtenir  un motif moins adapté et surtout plus lent. Et davantage de sardines y auraient laissé leur vie.

Dans cette situation en tout cas, en laissant à chaque sardine des ‘droits’ égaux pour toutes (droit de nager à la vitesse qu’elles souhaitent, droit de s’éloigner ou de se rapprocher des autres sardines etc..) et en laissant faire chaque sardine en fonction de son environnement, on n’a pas obtenu le chaos (comme dans une bonne poelé de sardines fries avec un peu d’ail et une noisette de beurre) ou une société atomisée (des sardines nageant seules et isolées dans l’océan), mais un banc de sardine auto-organisé.

La nature humaine est un peu plus complexe que la nature sardinesque, et la société humaine un milieu assez différent de l’eau de mer, mais l’analogie permet de comprendre le concept de base qui sous tend l’ordre libéral :

Un ordre spontané, c'est-à-dire ni voulu par une autorité supérieure, ni pensé par les acteurs eux-mêmes, peut se créer et présente de nombreux avantages par rapport à un ordre organisé.


« La liberté, laissée à chacun d'utiliser les informations dont il dispose ou son environnement pour poursuivre ses propres desseins, est le seul système qui permette d'assurer la mobilisation la plus optimale possible de l'ensemble des connaissances dispersées dans le corps social. »
Hayek

L’ordre spontané n’est pas la seule manière d’organiser un banc de sardine.

Un ordre constructiviste, c'est-à-dire où une autorité supérieure a fixé la place de chaque sardine, existe aussi.

Cet ordre organisé présente de réels avantages : une lutte efficace contre les inégalités, la disparition de la liberté formelle -concept petit bourgeois-, et une barrière solide contre la mondialisation inter banc de sardines.


v   Les principes - page 11
Les avantages d’un ordre spontané




Pour les libéraux, une société est plus harmonieuse et plus prospère si, chaque fois que cela est possible, les personnes sont libres d’agir comme elles l’entendent dans la mesure où elles respectent les droits des autres personnes.

Le respect des droits des autres personnes passe par des lois claires et lisibles qui permettent à chacun de savoir ce qu’il peut faire ou ne pas faire, et par une justice efficace et incorruptible pour appliquer ces lois.

Cela n’exclut nullement que des personnes puissent s’associer pour un projet culturel, économique ou humanitaire ou pour mutualiser les risques. Cela signifie simplement qu’il n’y a pas de pouvoir central chargé de planifier puis d’imposer un ordre collectif.

Une société auto organisée présente plusieurs avantages par rapport à une société planifiée :

En matière intellectuelle, culturelle, ou scientifique, aucun individu -ou petit groupe d’individus- ne peut posséder, ni analyser les connaissances cumulées par des centaines de millions de personnes.

D’abord parce que ces connaissances sont trop nombreuses, ensuite parce qu’une partie de ces connaissances ne sont ni formulées, ni formulables, elles sont portées par des centaines de millions de  personnes qui agissent en s’appuyant sur leurs expériences mais sans forcement être capable de les expliquer.

Laisser faire les personnes selon l’analyse qu’elles ont de leur environnement avec leurs grilles de lecture, tout en leur garantissant un environnement juridique lisible, c’est s’appuyer sur les connaissances de millions de personnes en lieu et place des connaissances parcellaires de constructivistes chargés de planifier l’ordre de la société.
 

« L'hypothèse essentielle, là comme ailleurs, est que les talents et les aptitudes des gens sont infiniment variables, et que par conséquent chacun ignore la plus grande part de ce que savent tous les autres membres de la société pris ensemble. En d'autres termes, que la Raison humaine, avec un grand R, n'existe pas au singulier, comme a l'air de le croire l'approche rationaliste. »
Friedrich von Hayek (1899-1992)

Francois Schuiten - Kafka

Difficile d'être un constructiviste sérieux.

Il faut recueillir, analyser l'intégralité des connaissances réparties dans le corps social.

Puis être assez puissant et autoritaire, pour construire la société.

Heureusement pour leur vie de famille et leur santé mentale, les constructivistes ne sont pas sérieux.

Ils tentent de reconstruire un petit pan visible de la société en feignant d'ignorer toutes les conséquences imprévues de leur reconstruction.



v   Les principes - page 13
Pourquoi l’ordre spontané a-t-il mauvaise réputation ?

"Au village, sans prétention,
J'ai mauvaise réputation.
Qu'je m'démène ou qu'je reste coi
Je pass' pour un je-ne-sais-quoi!
Je ne fais pourtant de tort à personne
En suivant mon chemin de petit bonhomme.
Mais les brav's gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux."
Georges Brassens

Les réussites de la physique ont inspiré des utopistes socialistes voulant obtenir pour la société ce que la physique avait obtenu pour les machines : un contrôle parfait. Les premiers socialistes en France de Saint Simon à Auguste Comte sont d’abord des positivistes. C'est-à-dire des ingénieurs ayant une foi inébranlable dans la science et souhaitant appliquer cette méthodologie à la société tout entière. Rien ne peut -ou ne doit- rester hors du contrôle de la raison.

Aujourd’hui encore, dans notre imaginaire, un ordre qui émerge sans avoir été planifié et exécuté suivant cette planification est forcement dysfonctionnel ou forcement perfectible grâce à une méthodologie constructiviste.

Cet ordre spontané est angoissant puisqu’il souligne les limites de notre connaissance ou de notre capacité d’agir sur notre environnement.

Le bon usage de la raison est justement de connaître et d’accepter les limites de la raison sur des phénomènes complexes.

D’autre part, l’ordre spontané est mal vu parce qu’il permet l’existence de comportements ou de créations qui sont manifestement des absurdités voire même du mauvais goût.

En laissant les personnes agir, on multiplie le nombre d’essais possibles. Beaucoup d’essais conduiront à des erreurs mais lorsque l’essai mené par une personne débouche sur une expérience positive/ mode de vie plus agréable/ mode de production plus efficace/vision du monde différente, il sera probablement imité par beaucoup d’autres personnes.

Les systèmes de valeurs plus cohérents ou plus humains, les modes de vie plus agréables, les modes de production plus efficaces, les créations intellectuelles, scientifiques, artistiques, technologiques ou culturelles plus sophistiquées finissent donc probablement par émerger spontanément et deviennent éventuellement des nouvelles normes ou en tous cas des nouveaux choix potentiels.

A contrario, dans une société constructiviste socialiste, des groupes d’experts sont mandatés pour organiser la société.

Les nouveaux modes de vie/modes de production/visions du monde sont limités par les connaissances, l’imagination, les capacités d’analyse restreintes du groupe d’experts chargé de construire cet ordre.

De plus, si par miracle, le groupe d’experts trouvait une solution supérieure à celles qui pourraient émerger spontanément, il sera peut être influencé ou contraint par des groupes de pression conservateurs, voire par ses propres intérêts, à ne pas la mettre en œuvre.


« Secondement, les libéraux ne dédaignent pas les aspirations intellectuelles et spirituelles de l'homme. Au contraire. ../… Mais ils ne partagent pas l'opinion naïve de ceux qui croient qu'un quelconque système d'organisation sociale puisse, de soi, réussir à encourager la pensée philosophique ou scientifique, à produire des chefs-d'œuvre d'art et de littérature, ni à rendre les multitudes plus éclairées. Ils comprennent que tout ce que la société peut effectuer dans ces domaines est de fournir un milieu qui ne dresse pas des obstacles insurmontables sur les voies du génie, et qui libère suffisamment l'homme ordinaire des soucis matériels pour qu'il porte intérêt à autre chose qu'à gagner son pain quotidien.»
Ludwig von Mises

"Le constructivisme repose sur un formidable orgueil intellectuel : pour vouloir modeler la société à sa guise, il faut évidemment supposer à la fois que l'on connaît les objectifs de ses membres - comme si l'infinie diversité de ces objectifs individuels pouvait faire l'objet d'un processus réducteur de synthèse globale - mais aussi que l'on connaît les meilleurs moyens d'y arriver, c'est-à-dire que l'on a une connaissance parfaite des processus d'interactions complexes qui composent une société."
Pascal Salin
Commission Culturelle
'Contruction de l'avenir culturel ensemble'

Mme BonneVolonté : Le rapport 2045-Bis, qui fixe comme objectif le Rn’B comme musique populaire dans 5 ans chez les jeunes est il adopté  ?

Mr Copinage : Non, désolé, la corporation des joueurs de petit triangle y est opposée, et elle est très puissante dans ma circonscription.

Mr OrdreJuste : De toutes manières, cela ne passera jamais la commission  antidiscrimination, parité et bonheur égalitaire : il y a déjà trop de Noirs de talent dans la musique avec le Jazz et le Blues, il vaut mieux rester sur le VII eme plan quinquennal de création musicale : favoriser le biniou japonais joué par des blondes à forte poitrine dont les revenus sont entre 2000 et 2250,30 euros.

Mme BonneVolonté : A ce propos, ce groupe Les beatles, vous êtes sûr qu’il entre dans cette définition ?

Mr OrdreJuste :  Non vous avez raison, ils ont triché sur le formulaire 67g4, ils gagnent 2250,90 euros. Ils ont omis de cocher la petite case de la page 46.

Mr Copinage : L’inspecteur Clientélisme est sur l’affaire, il les a vu, il m’a dit qu’il s’agissait d’un malentendu et que les subventions pouvaient tout de même être versées.

Mme  OrdreJuste : Parfait, nous dépenserons assez cette année pour renouveler le budget de l’année prochaine. Heureusement que cette commission est là pour organiser la culture sans quoi le public pourrait choisir n’importe quoi.

Mr BonneVolonté : Ca, c’est sûr qu’après avoir payé notre taxe sur la culture ajoutée pour financer nos subventions, ils ne pourront plus choisir grand chose.


v   Les principes - page 14


Suite du monde merveilleux du libéralisme...

Chapitre 2 - L'histoire

Où l'on apprend que les libéraux du Moyen-Age parlaient espagnol et que les zibéraux du XIX ème ont defendu les lois autorisant les syndicats..



Un zibéral qui surgit hors de la nuit..
Chapitre 3 - Les bases de l'économie libérale

Où l'on apprend que Hayek a beaucoup fait pour le libéralisme..



Les libéraux défendent la transparence..
Chapitre 4 - Les prix

Où l'on apprend que le petit Prince est un économiste de l'Ecole Autrichienne..


Dessine-moi un libéral.
Chapitre 5 - L'échange

Où l'on apprend que les Dalton votent conservateur ou socialiste mais pas libéral




Tagada, tagada voilà les protectionnistes.
Chapitre 6 - La concurrence


Où l'on apprend que la guerre économique n'est pas celle que l'on croit.



Etre pacifiste libéral malgré les  monopolistes publics guerriers.
Chapitre 7 - L'information économique

Où l'on apprend que la diffusion d'information économique, ça se passe mieux avec la liberté.

No liberté, No information, No prospérité
Chapitre 8 - Les externalités

Où l'on apprend que la liberté et la propriété, c'est la solution pour sauver la Terre..

Droit civil & propriété, pour que l'eau soit pure
Chapitre 9 - La monnaie et les banques

Où l'on apprend que la monnaie et les banques actuelles ne sont pas du tout, du tout, du tout libérales.

Le trombonne, une monnaie saine.
Chapitre 10 - Le capital et les taux d'intérêts

Où l'on apprend que le capital est pris en otage avec son compère taux d'intérêt par les banques privées et centrales.


Bienvenu dans la demeure des théories du capital..
Hin hin hin hin !
Chapitre 11 - La crise et la théorie autrichienne des cycles.

Où l'on apprend que c'est justement parceque nous ne vivons pas dans un régime de capitalisme libéral que des crises générales se produissent.


La petite bulle qui monte, qui monte, qui monte.
Chapitre 12 - Le Droit Naturel

Où l'on apprend que le libéralisme est l'aboutissement moderne de 2500 ans de reflexions sur la Justice.
 

Le document fondateur de la république
serait donc libéral ?
Qui suis-je ?

Où l'on apprend que l'auteur de ces lignes à déjà fait 0,63% à une élection -mais aussi c'était sans aucun membre de sa famille dans la circonscription alors ça ne compte pas vraiment-
La bibliothèque libérale

Où l'on apprend que des livres sans image, écrit en petit, sur du papier en vrai, permettent de transmettre des idées.


Frédéric Bastiat, a french superstar
Les videos

Chapitre 1 : Le libéralisme sauvage n'existe pas :

Et les chapitres suivant ici :

Divers

Du bon usage de la sarkophobie maladive
- Les jains - Les rajpuths  - Les huitres chaudes au camembert fondu - Martine

Oeuvres Libérales en lignes intéressantes :


Bastiat Fréderic :
Un économiste/député/journaliste du XIX éme siécle.
Clair, pédaguogue, mordant, jamais ennuyeux et bien sur libéral.

http://bastiat.org/

Gustave de Molinari :
Un économiste du XIX éme siecle.
Les soirées de la gare Saint Lazare sont un débat fictif entre un conservateur, un socialiste et un libéral. Une lecture facile et instructive.

http://herve.dequengo.free.fr/Molinari/SRSL/SRSL_0.htm

Ludwig Von Mises :
Un économiste Autrichien du XX eme siécle.
"Action Humaine" est assez complexe (et long) , mais c'est un texte fondateur.

http://herve.dequengo.free.fr/Mises/AH/AH.htm


Sites libéraux qui valent le détour  :


Le Wikiberal :
Comme son nom l'indique, une encyclopédie en ligne sur le libéralisme. Un travail colossal et beaucoup d'articles de qualité.
www.wikiberal.fr





Le forum libéral :

Le rendez vous de tous les libéraux, les classiques, les libertaires, les minarchistes, les anarcaps, les libéraux-conservateurs, les libertaires, les divers, les variés






Contrepoints :

La magazine d'actualité en ligne des libéraux Français :





Le site du Parti libéral démocrate.

Entre les étatistes de l'UMP, et les étatistes du PS, il fallait un parti qui défende des idées libérales.
Nous l'avons créé. Et tous les libéraux débutants -ou pas débutants- sont les bienvenus.




Parti Libéral Démocrate parisien :

http://www.paris-liberal.fr/blog/




Le quebecois libre :

Beaucoup de textes de très bonne qualité. (In French, of course)
http://www.quebecoislibre.org/

et le blog qui va avec :
http://www.leblogueduql.org/


Le Mises Institute :

 (seulement en anglais malheureusement), une grande source d'information sur l'Ecole Autrichienne avec une immense bibliothèque d'ouvrages majeurs de l'école autrichienne en format pdf (ainsi que de nombreux cours en mp3).
http://mises.org/



Les autres bons blogs libéraux francophones

Objectif Liberté :
Un excellent blog libéral orienté sur l'économie avec des billets toujours bien documentés :
http://www.objectifliberte.fr/


H16
http://h16.free.fr/wordpress/